La relation entre la consommation d’alcool et le poids

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Bon, je sais qu’on entend parler des bienfaits d’une consommation modérée d’alcool (exemple: le vin rouge qui contribue à faire diminuer les risques de maladies cardiovasculaires), mais ce n’est pas ces constats scientifiques positifs à l’égard de l’alcool dont je viens te parler aujourd’hui. (*profonds soupirs de déception à l’unisson…*)

En fait, je souhaite plutôt te parler de l’alcool dans un contexte de santé et gestion de poids. Damien et moi réalisons occasionnellement des défis personnels “sans alcool”. Même si au départ nous pensions que cela nous permettrait de crusher encore plus nos objectifs fitness, c’est une multitude d’autres effets positifs que nous avons été à même de constater en coupant sur notre consommation d’alcool.

L’ALCOOL AFFECTE LE FONCTIONNEMENT GLOBAL DE TON FOIE.

Le foie est la vedette du filtrage de tout ce que tu consommes. Il joue également un rôle important dans le métabolisme des protéines, gras et glucides. Une *trop* grande consommation d’alcool (ou trop régulière et soutenue) peut mener à avoir un “Foie gras alcoolique”. Cette condition endommage grandement le foie et affecte le métabolisme des glucides et des gras… ce qui affecte par conséquent le stockage des graisses et la prise de poids.

L’ALCOOL EST CONSTITUÉ ENTIÈREMENT DE CALORIES… VIDES.

Tsé quand tu manges une poutine, tu consommeras de nombreuses calories, MAIS de ces calories seront consommés des macronutriments (protéines, glucides, lipides) ainsi que des micronutriments (vitamines et minéraux). Il y aura du bon… et du moins bon qui sera absorbé, puis éliminé (ou stocké!).

Quand tu bois de l’alcool, les calories consommées ne servent absolument à RIEN “nutriment parlant”. Elles sont vides. Rien, zip, niet, nada. Pour être honnête avec toi, j’aime vraiment trop manger pour “boire mes calories”! Pas toi?

L’ALCOOL EST SOUVENT RICHE EN GLUCIDES.

Lorsque disponibles dans l’organisme, les glucides sont automatiquement la première source d’énergie que le corps va aller puiser pour “fonctionner”. Selon les besoins de ton corps, il ira puiser en énergie la quantité de glucides requis pour le fonctionnement de base… puis trouvera bien une place pour entreposer la balance dont il ne se servira pas. Petit cue pour toi, les entrepôts préférés du corps sont fréquemment les fesses, les hanches, le ventre, les cuisses, les bras, le menton, les joues, etc. Tu vois le portrait?

L’ALCOOL AFFECTE TON JUGEMENT EN MATIÈRE DE CHOIX ALIMENTAIRES.

5 mots:

McDo

Trois

Heures

Du

Matin

Sans blague, as-tu déjà constaté que c’est *presque* toujours une alimentation douteuse en matière de nutriments qui vient avec une consommation d’alcool. Je ne parle pas ici d’un souper accompagné d’une coupe de vin ou d’une bière. Je réfère plus à un repas où le verre est pas mal plus souvent rempli que vide! Ce genre de soirée où ton coude t’apparaît plus léger qu’à l’habitude! Ce genre même de soirée où tu grignotes une collation pré dodo bien gras/sucré/salé avant d’aller au lit en étant convaincue que cela t’aidera à absorber l’alcool et être pas mal plus top shape le lendemain matin. (Pas de jugement ici, j’ai fait la même chose aussi!)

Le problème dans ce type de situation, c’est que tu te réveilles le lendemain matin avec une boule dans l’estomac, un pseudo mal de coeur, un niveau d’énergie franchement pas génial et une dose non nécessaire de culpabilité d’avoir mangé de la scrap!

L’ALCOOL AFFECTE LA QUALITÉ DE TON SOMMEIL.

Éduc’Alcool qualifie l’alcool comme “faux-ami” du sommeil. Tu crois que tu dors mieux après avoir bu quelques verres parce que tu t’endors à l’instant où ta tête touche l’oreiller? L’effet est plutôt le contraire. Tu t’endors probablement plus rapidement, mais ton sommeil s’avère plus fragmenté et moins récupérateur. La déshydratation occasionnée par l’alcool en serait en partie responsable. De plus, le manque de sommeil a un lien direct avec l’envie de grignoter et avec les fameuses rages de sucre que l’on souhaite pourtant éviter. Le tout s’explique par l’effet exacerbant du manque de sommeil sur l’hormone de la faim (la ghréline) et sur sa propension à faire diminution l’hormone de la satiété (la leptine). Tu fais la même équation que moi en ce moment?

Alcool = sommeil de moins grande qualité

Manque de sommeil de qualité = Augmentation de la ghréline et diminution de la leptine

Augmentation de la ghréline et diminution de la leptine = Tu manges plus que ce dont tu as *besoin*

Tu manges plus que ce dont tu as *besoin* = Prise de poids.

Simple n’est-ce pas!?

L’ALCOOL AFFECTE L’ABSORPTION DES NUTRIMENTS ESSENTIELS.

Sans tomber dans une explication scientifique complexe, sache que l’alcool diminue la production d’enzymes digestives en affectant les cellules de la paroi interne de l’estomac et de l’intestin, cellules requises pour une absorption optimale des nutriments nécessaires au fonctionnement sain du corps humain! #pascooldutout

L’ALCOOL EST SOUVENT ACCOMPAGNÉ DE SNACKS PEU NUTRITIFS ET TRÈS TRANSFORMÉS.

*Alerte à la généralisation*

Que ce soit dans un resto-bar ou sur l’ilot de ta cuisine en recevant des amis, les “en-cas” disponibles avec un verre d’alcool ressemblent beaucoup plus souvent à un bol de Cheetos, des peanuts BBQ, des chips ou même des petites bouchées “frites” qu’à des légumes avec de l’humus! Occasionnellement, c’est loin d’être la cata que de te laisser séduire par une poignée de bretzels salés. Mais chacun de tes choix alimentaires s’additionne et c’est le big picture que tu veux voir venir.

(*Truc de p’tite futée pour déjouer les stratégies mercantiles des restos/bars: Si tu as accès gratuitement à du pop-corn plus salé que l’eau de la mer Morte en prenant ta bière, ce n’est pas parce qu’on se sent généreux et qu’on veille à ce que tu ne cries pas famine. Plus tu manges salé, plus tu as soif. Plus tu as soif, plus tu commandes à boire. Plus tu commandes à boire, plus tu manges salé pour *absorber l’alcool* (voir plus haut). Plus tu manges salé, plus tu as soif (encore). Plus tu as soif, plus tu commandes à boire (………) et plus ça te coûte cher. #crachelecash

DÉCEPTION…

Je suis consciente que mes propos n’ont rien de motivant. Ta première idée à la lecture de mes mots vacille probablement plus entre les catégories du “Elle est vraiment nulle avec ses conseils” ou du “ Ça ne fait pas mon affaire alors je vais ignorer le tout et faire comme si je n’avais rien lu du tout”. C’est ton choix et je le respecte entièrement. Sache toutefois que je sais que tu investis beaucoup de temps, d’efforts et d’énergie pour ta santé. Tu t’assures de bouger quotidiennement. Tu cuisines des repas nutritifs. Tu mets en place des routines saines qui te permettent de te sentir en forme et bien dans ta peau. Mais tu oublies peut-être cette toute petite pièce du casse-tête, celle qui a le potentiel d’anéantir (OK, peut-être seulement de diminuer) l’atteinte de tes résultats souhaités: l’alcool.

Boire *socialement* est un comportement appris. On a souvent l’impression que c’est requis pour avoir du gros fun. Dans mon cas, j’ai réalisé que le plaisir momentané que l’alcool me procurait engendrait des répercussions dont le prix à payer ne me plaisait aucunement.

Est-ce qu’il m’arrive de boire un verre de temps en temps? OUI! Mais je le fais en connaissance des impacts possibles sur mon état général.

Ceci étant dit, advenant le cas où tu aies cruellement envie de te délecter d’un doux nectar alcoolisé, je t’invite à privilégier les alcools forts qui sont faibles en glucides tels que la vodka, le gin, la téquila, le whisky.

Essaye d’éviter de noyer les arômes dans un verre de liqueur ou de soda full sucre et bois-le on the rocks ou avec une eau pétillante accompagnée de citron, de lime, de concombre ou de petits fruits. C’est délicieux, crois-moi!

Emilie

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui est Emilie?

Emilie Robidas est la directrice générale de Destination Wellness inc. et l’une des leaders les plus connues du Québec dans le domaine de l’entrepreneuriat en ligne ainsi que du coaching en développement personnel. Leader primée et mentor à la tête d’une équipe composée de plus de 9000 coachs, elle se classe année après année parmi les meilleures de l’entreprise Beachbody ®. 

cours
gratuit

Viens suivre ta première formation gratuite avec moi :

Programmée pour Réussir

gym
virtuel

Joindre le gym virtuel, c’est te joindre à une communauté en ligne de femmes déterminées comme toi qui seront à tes côtés pour rester engagées jour après jour.

deviens coach

Avoir du succès à titre de coach nécessite de créer des bases solides afin de lancer ton entreprise avec confiance et conviction. En joignant notre équipe, tu auras accès à une formation exclusive qui te permettra de démystifier tous les aspects essentiels du coaching et du business en ligne.

Point de Mire

Abonne-toi à ma Newsletter

JE DÉTESTE LE SPAM AUTANT QUE TOI, ET TU PEUX TE DÉSABONNER À TOUT MOMENT.
Catégories du Blog